1° Ens Scientif – Chap 5 : Le bilan radiatif terrestre

Partie I : Cours et illustrations de cours

 

I Le spectre électromagnétique complet

Le domaine du visible est compris entre 400 nm et 800 nm. Il n’est qu’une petite partie du spectre complet.

II La diffusion de la puissance solaire dans l’espace

Lorsque dTS augmente, la surface de la sphère de répartition de la puissance (ou de l’NRJ*) solaire augmente. La puissance reçue par unité de surface est donc moins concentrée. On définit ainsi la puissance surfacique PS : C’est la puissance lumineuse que reçoit la Terre par unité de surface.

* Voir chapitre précédent

Calcul de la puissance surfacique (par m²)

Elle correspond à la puissance émise par le soleil, divisée par la surface de la sphère de répartition S

Rappel :

III La puissance captée par la Terre

La Terre présente une surface d’interception dans ce flux lumineux. Cette surface peut être modélisée par un disque (voir image)

La puissance reçue par la planète Terre dépend de la puissance solaire reçue (= puissance surfacique) et de cette surface.

III La planète Terre face au rayonnement solaire

1° La division du rayonnement solaire incident

2° L’albédo terrestre

Les rayons incidents sont en partie réfléchis (par diffusion), en partie absorbés. Le pourcentage réfléchi (= diffusé) se nomme l' »Albédo ». C’est un nombre en % (ou entre 0 et 1)

3° Le réchauffement du sol

Une partie du rayonnement incident parvient jusqu’au sol et provoque son échauffement.

Le sol va alors ré-émettre une partie de cette énergie sous forme d’infrarouge (comme le fait une maison chauffée)

Ci-dessus : L’image infrarouge d’une maison chauffée en hiver.

A comparer avec l’émission infrarouge de la Terre (ci-dessus)

.

IV L’effet de serre

1° Une serre est un piège à rayonnement infrarouge

2° Action de l’atmosphère sur le rayonnement infrarouge

Le mécanisme ressemble a celui qui est observé sous une serre, d’où le nom d’effet de serre qui lui a été attribué.